INFO COVID-19 : port du masque obligatoire lors des séances en présentiel

Diplômée en sociologie – Consultante formatrice – Praticienne en thérapies brèves

Diplômée en sociologie
Consultante formatrice
Praticienne en thérapies brèves

Enfants

Je propose un accompagnement à partir de l’âge de 6 ans. Si votre enfant est plus jeune, n’hésitez pas à me contacter je pourrais vous conseiller, vous orienter vers un collègue (psychologue, pédagogue, éducateur…) ou vous rencontrer avec votre enfant en fonction de sa maturité ou du problème.

L’approche des thérapies brèves avec les enfants est ludique. Nous établissons d’abord et avant tout un rapport de confiance. Il est important de créer les conditions favorables afin que chacun enfant et parent se sente sécurisé. De fait, le parent / tuteur assiste à la séance (à minima à la première, il pourra rester dans la pièce à côté pour la séance suivante s’il le souhaite).

Le nombre de séances est assez réduit. Bien entendu il est toujours périlleux de généraliser, et le temps est fonction de la problématique néanmoins il est assez fréquent par exemple qu’une phobie se résolve en 2 séances.

La séance dure maximum 1h

La première séance permet de faire connaissance, de se rencontrer et d’établir le contact avec l’enfant. Ce premier temps me permet d’entendre ce qu’il comprend de sa venue, de le laisser exprimer ce qu’il aimerait que l’on fasse ensemble puis de lui expliquer ce que nous allons faire. Nous pourrons, commencer un premier exercice d’hypnose légère par exemple, de petite relaxation, jouer à dessiner/effacer, contacter son super héros, jouer avec la baguette magique (après un saupoudrage de poussière de fée… ;).

En fonction du problème, l’enfant repart souvent avec un petit quelque chose à faire (très loin des devoirs), un petit rituel, quelque chose qui va permettre de poursuivre ce qui s’est déroulé en séance. Parfois aussi je peux lui demander de ramener un objet symbolique (un caillou de la cour de récréation, une barrette, une casquette…), ou de me raconter le rituel ou ce tout ce que nous pourrons trouver permettant de favoriser les allers-retours entre mon cabinet et son lieu de vie ou un lieu, un contexte où se déroule le problème. Cela permet également de raconter, de complimenter. Il y aura toujours des compliments, cela fait partie de l’approche brève. En, effet, ce que l’on nomme « problème » est d’abord considéré (de façon authentique, scientifique) comme un mécanisme, une forme d’adaptation, la meilleure solution que l’enfant a trouvée pour continuer à vivre. Nous ne jugerons pas ce qui est considéré comme un problème. L’idée sera de trouver comment passer à autre chose, de construire la solution.

Entre la première et la deuxième séance et les suivantes si nécessaire, il peut m’arriver de préparer un jeu spécifique, un conte adapté, une aventure afin d’être au plus près du besoin et de la personnalité, des goûts de l’enfant…